samedi 30 juin 2012

Belle du Seigneur d'Albert Cohen

lecture en cours
Belle du seigneur est une condamnation de la passion, mais le livre explore d'autres thèmes: à travers la description mordante des mœurs de la SDN et de la mentalité bien-pensante de la bourgeoisie, Cohen esquisse une critique sociale tout en ironie. L'antisémitisme et l'attachement de l'auteur au peuple juif sont des thèmes secondaires permettant d'expliquer en partie le comportement de Solal.


challenge littérature juive, chez Mazel


 Depuis le temps que j'envisageais de lire ce livre, j'ai enfin pris mon courage à deux mains et l'ai sorti de la vieille PàL poussiéreuse !
lecture commencée hier soir, 30/06/2012. 
Pour le moment, je le trouve plutôt agréable à lire, mais je n'en suis qu'à la page 30...
Je ne pense pas en faire un résumé, déjà fait sur wikipédia... donc, juste mes impressions de lecture au fur et à mesure.


01/07/2012... arrivée page 79, ça n'avance pas vite, parfois envie de sauter des pages, et puis brusquement, enchantée de ce que je lis. 
Pour le moment, l'histoire me reste obscure, mais c'est un délice de rencontrer certains personnages ! 
Déjà j'avais adoré Tantlérie, protestante, vieille fille rigide, bien assise dans ses convictions tant religieuses que domestiques. Un portrait très visuel.
Cette fois, c'est Adrien Deume, époux d'Ariane, jeune fonctionnaire, fat, paresseuse, imbu de sa personne et envieux de la position sociale de ses collègues, j'ai adoré ses côtés ridicules, notamment la partie concernant le taille-crayon et surtout la visite de son administration, qu'il inflige à sa femme !


FB Surjeteuse 1889-196502/07/2012... arrivée page 163, décidément ce livre me plait !


Voilà donc Adrien Deume, devenu un A dans son administration... pas peu fier de sa promotion, il s'agit maintenant de se faire des relations chez les A et plus si possible, sans oublier de ne plus fréquenter les B et autres sous-fifres. Il décide donc de donner un grand repas et lance une invitation au SSG (Solal des Solal). J'ai laissé le personnage parti à la recherche de bougies de bon goût (lisses et non torsadées) pour la table.
Sont apparus dans le paysage, les Valeureux, oncles de Solal. Des juifs plutôt savoureux, assez caricaturaux eux aussi. L'oncle Saltiel déplore l'attirance de Solal pour les femmes blondes et se promet de rechercher une femme juive pour son neveu. 



Les cinq valeureux sont les membres de la famille de Solal des Solal vivant encore à Céphalonie et rendant visite à leur neveu. Dans la Genève classieuse des diplomates, ils forment un quintette haut en couleur, délicieusement décalé, anachronique et roublard, que se soit par ses atours, son comportement ou ses expressions.
  • Saltiel des Solal"l'oncle du beau Solal, vieillard d'une parfaite bonté", a élevé Solal. Le lecteur le découvre habillé d'une culotte et de bas gorge-de-pigeon
  • Pinhas des Solaldit Mangeclous, est un "faux avocat et médecin non-diplômé", avide d'honneurs et des rétributions qui vont avec. Il ne songe qu'à soutirer de l'argent et emploie pour cela une rhétorique comique qui n'abuse personne.
  • Mattathias des Solal dit Mache-Résine, un veuf sec manchot avec un bras se terminant par un crochet est le plus discret des valeureux. Il est rès avare et on le dit millionnaire.
  • Michaël des Solal, est huissier du grand rabbin de Céphalonie mais aussi amateur de femmes. En l'absence de Saltiel, c'est à lui que Solal accorde sa confiance. En attendant d'enlever la belle pour le compte de son neveu, il fait un récit plein de verdeur des amours de Solal et d'Ariane. " Que te dirais-je de plus, ami Mangeclous, dit Michaël, sinon que le seigneur (Solal) aura bien raison de la (Ariane) secouer et délicieusement malmener en cette nuit d'amour parfait car en notre vie mortelle il n'est d'autre vérité que le chevauchement, tout le restant n'étant que lanternes et fariboles. Car l'homme ne vit que durant un clignement (...)34."
  • Salomon des Solalles plus jeune des valeureux est un "petit chou dodu d'un mètre cinquante"35 très pudique.

03/07/2012...
livre terminé, mais aucune envie d'en faire un commentaire, bien trop ennuyeux.


Le livre se compose de sept parties et cent-six chapitres. L'édition originale comprend 1 110 pages.
Les différentes parties peuvent se synthétiser comme suit5 :
  • Première partie (chap. 1 à 9) : la mise en place de l'intrigue (naissance de l'amour de Solal envers Ariane),
  • Deuxième partie (chap. 10 à 37) : la conquête d'Ariane par Solal,
  • Troisième partie (chap. 38 à 52) : l'amour à ses débuts (mort d'Isolde ex-amante de Solal),
  • Quatrième partie (chap. 53 à 80) : l’enlèvement d'Ariane (mort d'Adrien son mari),
  • Cinquième partie (chap. 81 à 91) : l'amour ennui,
  • Sixième partie (chap. 92 à 102) : la dénégation de l'amour,
  • Septième partie (chap. 103 à 106) : la mort des amants.

Albert Cohen, né à Corfou, le 16 août 1895, mort à Genève le 17 octobre 1981, est un poète, écrivain et dramaturge suisse romand dont l'œuvre est fortement influencée par ses racines juives. Son nom a été évoqué pour le prix Nobel de littérature1.

En 1921 il publie Paroles juives, un recueil de poèmes. Il publie ensuite un roman, Solal (1930), premier volume d'un cycle que Cohen a pensé un temps intituler « La geste des juifs », ou « Solal et les Solal ». Le roman, préfigurant en quelque sorte Belle du seigneur, raconte la jeunesse du jeune grec sur l'ile de Céphalonie, ainsi que ses premières amours. Le livre bénéficie en France d'une critique exceptionnelle. Il est traduit dans de nombreuses langues et le succès du roman devient universel : « Une œuvre stupéfiante », écrit le New York Herald Tribune ; pour le New York Times, Cohen, c'est James JoyceErskine CaldwellRabelaisréunis, avec en plus la magie des Mille et Une Nuits. Les critiques anglaise, autrichienne, italienne ou helvétique s'expriment sur le même ton.
Vient ensuite Mangeclous en 1938. Aux analyses sentimentales s'ajoutent l'observation amusée de la gent S.D.N.. Après seize ans de silence, Cohen publie Le Livre de ma mère en 1954, poignant portrait d'un être à la fois quotidien et parfaitement bon qu'il évoquera une nouvelle fois dans ses Carnets (1978).

1968 est l'année de consécration pour Albert Cohen qui publie son œuvre majeure: Belle du seigneur. L'œuvre reçoit le Grand Prix de l'Académie Française. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1970. Belle du Seigneur, considéré par certains dont Joseph Kessel comme un roman central de la littérature française, est un hymne éternel à la femme, objet de fascination et de désespoir pour l'auteur. La leçon de séduction de Solal, donnée à Ariane au Chapitre XXXV, détruit plus vite et brutalement encore que Les Liaisons dangereuses l'espoir d'un amour qui ne serait pas basé sur une stratégie guerrière. Le livre est un succès public.

Le récit commence en Suisse, à Genève au milieu des années 1930.


Dans la première partie (le 1er mai 1935), Solal s'introduit chez Ariane Deume, une belle jeune femme qui l'a ébloui lors d'une soirée, lit son journal intime. Déguisé en vieillard juif, il se déclare avec lyrisme etpassion. Mais Ariane, effrayée de l'intrusion de ce vieillard hideux, le repousse. Solal jure alors de la séduire, comme il séduit toutes les autres femmes. Ariane perd donc sa seule chance d'être séduite de manière non vile. Le même jour, Solal accorde à Adrien Deume, un fonctionnaire aussi paresseux qu'ambitieux, la promotion dont il rêvait. Adrien est tout heureux de l'inviter au premier « grand » dîner.

La deuxième partie se déroule entre le 29 mai et le 8 juin 1935. Elle présente d'abord les Valeureux, cousins orientaux de Solal, qui arrivent à Genève. Le premier juin, Adrien prépare avec l'aide de sa mère un dîner que Solal doit honorer de sa présence1. Mais celui-ci ne vient pas. Quelques jours plus tard, il envoie Adrien en mission à l'étranger pour 12 semaines avec de vagues instructions6. Le soir de son départ, Adrien est invité à dîner avec Ariane par Solal à l'hôtel où ce dernier habite à l'année. Dans son ivresse, Solal annonce à Deume vouloir séduire une « Himalayenne ». Deume ne se doutant pas qu'il s'agit de sa femme, s'éclipse discrètement lorsque celle-ci après avoir, dans un premier temps refusé le dîner se rend finalement au Ritz afin de ne pas entraver par ses refus de mondanité la carrière de son mari. Solal parie alors avec Ariane qu'il la séduira dans les trois heures et parvient à conquérir le cœur de la Belle. Commence alors une passion amoureuse fusionnelle. Mais Solal est à la fois amoureux d'Ariane et dépité de l'avoir conquise par ses "babouineries" de mâle dominant.

La troisième partie couvre la période entre juin et le début d'août de 1935. La vie des amants se remplit du bonheur de « l'amour en ses débuts » : « Solal et son Ariane, hautes nudités à la proue de leur amour qui cinglait, princes du soleil et de la mer, immortels à la proue, et ils se regardaient sans cesse dans le délire sublime des débuts1. ». La troisième partie finit par une réflexion nostalgique sur l'écoulement du temps, et sur les regrets que laissent transparaître la vieillesse et l'approche de la mort.
La quatrième partie montre Ariane dans l'attente de Solal qui est parti pour une mission, puis son retour imprévu le 25 août au lieu du 9. À 21 heures, il doit rejoindre sa belle. La journée du 25 est consacrée à la longue préparation d'une prêtresse de l'amour pour son Dieu. Mais, sans prévenir Ariane, Adrien décide d'avancer son retour au 25 août, il pense pouvoir être chez lui vers 21 heures. Le roman se fait l'écho des deux voix intérieures, celle d'Adrien, impatient de revoir sa femme pour assouvir son « devoir conjugal » et de lui conter les honneurs dont il a été l'objet durant son voyage, se superpose la voix d'Ariane mélangeant souvenirs et joie frénétique de revoir son amant. Et lorsque entendant la sonnerie, elle s'élance pour ouvrir la porte « avec un sourire divin, [...] c'est Adrien Deume avec son collier de barbe, ses lunettes d'écaille et son bon sourire qu'elle voit7 ». Aidé des Valeureux, Solal enlève Ariane pendant la nuit ; le lendemain, le mari délaissé tente de se suicider.
La cinquième partie retrace la période du début d'octobre 1935 jusqu'à la fin de mai 1936. Elle se déroule d'abord dans un hôtel d'Agay dans le sud de la France, puis dans une villa appelée Belle-de-Mai où Mariette les a rejoints. Cette partie couvre une année de la vie de deux amants qui vivent isolés, repliés sur eux-mêmes et exclus de la bonne société. L'ennui gagne rapidement Solal. Il a perdu son poste à la SDN, mais il n'a pas osé avouer la vérité à sa compagne, inventant un congé de longue durée pour l'amour de sa belle.
Le premier arrière-plan de la sixième partie, qui se déroule entre le 28 août 1936 et le mois de septembre 1936, est Paris. Solal essaie, en vain, de faire jouer ses anciennes relations pour retrouver sa nationalité française. Il essuie le même échec à Genève dans sa tentative de réintégrer la SDN. Lorsqu'il apprend qu'Ariane a eu un autre amant avant lui, sa fureur et sa jalousie entraînent le couple, qui est au bord de la rupture, d'hôtel en hôtel à Marseille.
La septième partie est un épilogue. Elle nous montre les deux amants, drogués à l'éther. Ils ont connu durant toute l'année une inexorable déchéance physique et morale. Le 9 septembre 1937, ils se suicident à l'hôtel Ritz de Genève.

Belle du Seigneurpersonnages 

Solal des Solal, naturalisé français, est né dans une famille juive de l'île de Céphalonie, au large des côtes grecques. Fils de rabbin, il a connu une ascension sociale vertigineuse « par intelligence, député, ministre, et caetera [...]8 ». Il est aussi devenu riche grâce à de judicieux placements. Au début du roman, il est sous-secrétaire général de la Société des Nations, à Genève. Beau, cynique et manipulateur, il n'a aucun mal à séduire les femmes qui l'entourent. Le roman révèle une personnalité ambivalente qui connaît de profonds changements psychologiques. À travers le roman, il évolue de Don Juan cynique et sûr de lui à un amoureux passionné et dominateur. Solal rêve ensuite d'un amour "maternel" avant de devenir un amoureux blessé, destructeur et auto-destructeur.

La première facette révélée par Cohen est celle du séducteur. Au cours d'une soirée en compagnie d'Adrien Deume (chapitre xxxiv9), il laisse éclater son mépris et son amertume à l'égard des femmes "vertueuses": « peu de considération [...] parce qu'il sait que lorsqu'il10 le voudra, hélas, cette convenable et sociale sera sienne et donnera force coups de rein et divers sauts de carpe dans le lit...11 ». Solal, qui doit une grande partie de son ascension sociale à son charme, souhaite être aimé pour autre chose que son physique : « Honte de devoir leur amour à ma beauté, mon écœurante beauté qui fait battre les paupières de chères, ma méprisable beauté dont elles me cassent les oreilles depuis mes seize ans. Elles seront bien attrapées lorsque je serai vieux et la goutte au nez...12 ». Mais lui qui déteste voir les femmes soupeser ses avantages physiques, "sa viande", n'a qu'une seule vraie amitié avec une femme, une naine difforme. Ce n'est pas le moindre paradoxe du personnage que de vouloir être aimé pour son esprit, et non pas pour son physique ou pour n'être attiré physiquement que par les belles femmes. Le donjuanisme et la misogynie de Solal explosent dans une conversation téléphonique qu'il a avec Deume, en présence d'Ariane qu'il s'apprête à séduire: « Outre son mépris des femmes qui se laissent séduire, il clame la solitude de Don Juan son désir de séduire pour oublier la peur de la mort »13. Après avoir raccroché, il dénonce la nature humaine qui a une "universelle adoration de la force". Les hommes face à leurs supérieurs dans le travail, les femmes face à la beauté masculine et la position sociale : « Babouinerie partout. Babouinerie et adoration animale de la force, le respect pour la gent militaire, détentrice du pouvoir de tuer.14 ». Il démonte ainsi les rapports dominants-dominés de la société mais se place sans conteste dans le camp des dominants.

Solal se transforme ensuite en amant "sublime". Mais bien que très épris d'Ariane, il est incapable de s'abandonner totalement à son bonheur. Il ne peut s'empêcher de temps à autre de penser que l'amour d'Ariane est dû à sa beauté, de démonter les naïfs jeux de séduction de la belle et d'utiliser même parfois les ficelles du Don Juan.

Le lecteur est donc surpris quand Solal quitte tout pour partir vivre avec Ariane une passion "absolue" dans le Sud de la France. Ce n'est que peu à peu qu'il apprend la vérité. Solal a été chassé de la SDN et a perdu sa nationalité française pour une insuffisance de durée de séjour préalable15. Il est devenu un apatride, un juif errant comme les autres quoique fortuné. Il n'y a que dans les yeux d'Ariane qu'il est resté un seigneur. Il déteste pourtant la vacuité de sa vie, écouter de la musique classique, parler littérature, se promener dans la nature. Il se sent prisonnier des habitudes et du désir sexuel d'Ariane mais ne cherche jamais à faire évoluer la situation, lui le dominant à l'origine de toutes les initiatives. Il n'ose pas lui dire qu'il n'est plus rien de peur de la décevoir et peut-être même d'être quitté. Le lecteur ne peut se s'empêcher de se demander si Solal aurait "enlevé" Ariane, s'il avait gardé sa belle situation à la SDN.
Un soir, il reproche même violemment à Ariane de ne l'aimer que pour son physique, sa force. Acculée, elle répond à la question: « Pourquoi ton aimé? Parce que je t'ai donné ma foi, parce que tu es toi, parce que tu es capable de poser des questions aussi folles, parce que tu es mon inquiet, mon souffrant16 ».
La fin du roman nous montre un Solal devenu fou de jalousie. Solal, le Don Juan, l'infidèle, ne supporte pas que la Belle du Seigneur ait pu avoir un amant avant lui, qu'un autre homme lui ait donné du plaisir, qu'elle ait pu mentir à son mari pour un autre lui est intolérable. Excès, violence désespérée parfois tournée contre lui-même révèlent une nouvelle facette du personnage, rejeté par ses relations, son travail, son pays d'adoption, qui n'avait plus que l'amour pur et mythique d'Ariane, son "innocente" pour trouver un sens à sa vie. Il n'est plus l'homme exceptionnel, le Messie qu'Ariane attendait.
Sur le plan idéologique et politique, Solal est le porte-parole de Cohen. Tout au long du roman, Solal méprise les pauvres « La misère avilit. Le pauvre devient laid et prend l'autobus... perd sa seigneurie et ne peut plus sincèrement mépriser17 », « angoisse d'un juif oriental issu d'un milieu pauvre qui n'a pu évoluer en société qu'en se coulant dans le moule de la bourgeoisie européenne et que ne peut compter sur aucun réseau familial. Le lecteur en apprend ensuite un peu plus sur les raisons de son renvoi, "une gaffe généreuse" à la Société des Nations. Et le lendemain la gaffe plus terrible d'avoir envoyé la lettre anonyme révélant l'irrégularité de sa naturalisation18 ». Solal a donc été l'instrument actif de la perte de sa nationalité, lui aimant tant la France. Ce n'est que vers la fin du livre que le lecteur apprend pourquoi, Solal a perdu son poste à la SDN. Oubliant la retenue du diplomate, il a mis en accusation au nom du "grand Christ trahi", les nations refusant d'accueillir les Juifs allemands persécutés.
Solal qui méprisait la danse des subalternes de la SDN souffre tellement de sa mise à l'écart et de son isolement, il envie maintenant ceux qui peuvent se dire fatigués par le trop plein de relations qui les entourent mais refuse de fréquenter des gens d'un niveau inférieur à son ancien milieu. Il va jusqu'à Genève supplier Cheyne, le secrétaire général de la SDN, de le reprendre à n'importe quel poste, allant même jusqu'à lui proposer toute sa fortune.
Avant de quitter Paris, il suit un groupe de Juifs de stricte observance dans lequel il reconnaît son peuple. Et ce cynique, "roi solitaire" se met à chanter seul, devant la vitrine d'un restaurant où ses coreligionnaires se sont attablés, un vieux cantique à l'Éternel en hébreu19. Mais il ne fait pas le choix de revenir vers sa famille, ses origines. Cet amoureux de son peuple, fils de rabbin est devenu trop cynique, trop distant envers les manières de bigotes pour croire au ciel, comme Cohen qui ne croyait pas en Dieu20. Il se dit : « je les vois pris devant ma matérialité d'un malaise de supériorité d'une hauteur de spiritualité jamais expliquée mais toujours écrasante [...] leur spiritualité justifie l'injustice et leur permet de garder leur bonne conscience et de leurs rentes [...] oui Dieu existe si peu que j'en ai honte pour Lui [...]21 ».

Ariane Corisande d'Auble, l'épouse de Deume, est issue d'une famille de la vieille noblesse calviniste de Genève. Orpheline de bonne heure, elle a été élevée par une tante rigoriste, Valérie D'Auble qui ne fréquente que le cercle très restreint des vieilles familles calvinistes de la ville. Ses seuls compagnons de jeux ont été son frère Jacques et surtout sa sœur cadette Éliane, morts à l'adolescence dans un accident de voiture. Étudiante, Ariane a noué une amitié amoureuse avec une jeune révolutionnaire russe Varvara pour qui elle a rompu tout lien avec sa famille et la haute société genevoise. À la mort de cette dernière, elle se retrouve isolée et sans le sou. Elle tente alors de se suicider mais elle est sauvée par Adrien Deume qui vivait dans le même petit hôtel qu'elle. Adrien est le seul alors à se soucier d'elle. Si bien qu'elle accepte de l'épouser, « lamentable mariage22 ». Le lecteur la découvre solitaire, musicienne, aspirant à devenir écrivain, s'enthousiasmant pour tous les animaux. Elle vit dans son monde imaginaire. Elle soliloque, s'inventant une vie de princesse himalayenne et des discussions avec des personnages célèbres. La mort de sa tante, qui lui lègue toute sa fortune, en fait une femme riche. Dans un étonnant monologue, l'héroïne s'identifie à Dianechasseresse, la déesse vierge et libre qui attend l'arrivée d'un seigneur divin à qui telle Marie-Madeleine, elle pourrait laver les pieds avec ses cheveux en signe d'adoration pure.
L'amour qu'elle porte à Solal transforme la Diane solitaire en "belle du seigneur", "religieuse de l'amour" solaire et sensuelle. C'est aussi une enfant pleine de joie démonstrative malgré ses efforts pour passer pour une grande dame toute en retenue aristocratique, une midinette passant ses journées à attendre la venue de son amant, une divine icône soucieuse de la perfection de chaque détail. Elle s'abandonne entièrement à son amour. Sa vieille domestique, Mariette, de retour d'un long séjour à Paris la trouve heureuse, épanouie, pleine de vie et de joie23. Elle qui n'aimait pas les choses du sexe se retrouve tout étonnée à être enflammée par les baisers de Solal "d'une intimité folle"; et les baisers de Solal deviennent pour elle: « des baisers mangeurs des baisers douaniers des baisers caverneux des baisers sous marins des baisers fruits oui des baisers fruits [...]24 ».
Toutes ses pensées tournent autour de Solal, des souvenirs des moments passés et de l'attente des moments futurs, de son désir de le séduire encore: « Je me rends compte que je devrais être plus féminine[écrit-elle dans une longue lettre à Solal]ne pas tellement vous dire mon désir de vous plaire, ne pas sans cesse vous dire que je vous aime.(...) Mais je ne suis pas une femme, je ne suis qu'une enfant malhabile aux roueries féminines, ton enfant qui t'aime25. ».
Toute absorbée à plaire à son seigneur, Ariane n'échappe pas à l'aliénation de la condition féminine de son époque, aliénation de l'apparence physique, des bonnes manières figées. Ainsi, lorsqu'elle doit revoir Solal, absent depuis une quinzaine de jours en août, elle est obsédée par son élégance. Elle est obligée de vendre une partie des actions composant son patrimoine pour pouvoir payer de nouvelles tenues choisies chez un couturier26, tenues qui cependant lui déplaisent lorsqu'elles en prend livraison et qu'elle finit par jeter sans les mettre.
Le même désir de perfection l'obsède quand les deux amants entament une vie commune. Ne jamais être vue dans une situation où elle ne serait pas parfaite, c'est-à-dire se mouchant, allant aux toilettes, ayant des gargouillis intestinaux, en train de s'affairer à la bonne marche de la maison, non coiffée... En présence de Solal, elle s'efforce d'effacer toute spontanéité étudie chacun de ses gestes pour qu'il soit parfait. Sa vieille domestique, Mariette qui l'a connu petite fille s'en étonne. il y a désormais deux Ariane : en l'absence de Solal, une jeune femme pleine de vie, réglant avec entrain les problèmes quotidiens, se régalant de plats simples, prenant le café en papotant avec Mariette dans la cuisine; une altière dame du monde dînant en robe du soir, dégustant des mets raffinés et ignorant la pauvre Mariette, au grand dam de celle-ci. Ce sont pourtant ces enthousiasmes de petite fille qu'attendrissent le plus Solal maintenant que le feu des débuts est passé. Mais Ariane s'est enfermée dans un amour hiératique, élevé au rang de mythe. Il est à noter qu'aucun chapitre de la cinquième partie n'est présenté de son point de vue. Le lecteur ne voit plus Ariane que dans le regard de Solal. Il apprend ainsi qu'après le départ de Mariette, Ariane s'efforce de tenir seule la Belle de Mai, en parfaite maîtresse de maison. Aux yeux de son amant, Ariane a comme objectif d'être une compagne parfaite dans une maison tenue parfaitement pour un homme qu'elle ne veut voir que parfait et qui lui fait parfaitement l'amour tous les jours même s'il pense que sans se l'avouer Ariane s'ennuie dans son couple.
Le coup de théâtre final oblige le lecteur à reconsidérer tout ce qu'il a appris d'Ariane. Ariane est peut-être une femme ordinaire ayant succombé au démon de l'infidélité par ennui, comme dans n'importe quelle histoire d'adultère bourgeois. La réticence envers les choses du sexe qu'elle manifestait avant de connaître Solal devient suspecte. De manière implacable, Solal oblige Ariane à tout révéler de sa liaison passée: les nuits qu'elle passait avec son amant au nez et à la barbe de son mari grâce à la complicité d'une relation, une escapade en amoureux à Marseille... autant de faits qui ravalent, Ariane, aux yeux de Solal, au niveau de personnage de vaudeville à la Feydeau. Il se sent humilié diminué par le fait qu'elle ait pris comme amant, un homme beaucoup âgé qu'elle mais extrêmement cultivé, il est chef d'orchestre. Sa déchéance finale est certainement le résultat de cette révélation. Ayant rompu tout lien avec la bienséance de la bourgeoisie genevoise, elle ne pouvait qu'être sublime, c'est-à-dire au-dessus de la norme ou déchue, c'est-à-dire en deçà. C'est ainsi qu'elle finit, maquillée comme une grue, droguée...

Adrien Deume, est un jeune fonctionnaire belge à la SDN. Il ne rêve que d'ascension sociale dans le monde diplomatique de la Société des Nations, ne fréquente les gens que par rapport au réseau relationnel qu'ils peuvent lui apporter. Paresseux, peu motivé par son travail et empli de l'auto-satisfaction des médiocres, il ne s'étonne guère de voir Solal lui proposer une promotion importante, l'inviter à un diner avec sa femme et l'envoyer en mission à l'étranger pendant trois mois. Seule, la vie de luxe que ces voyages occasionnent occupe ses pensées. Chez cet homme tout est calcul. Il semble incapable d'un sentiment vrai même avec Ariane, son épouse à laquelle il semble cependant très attaché. Sa beauté et son origine aristocratique sont pour lui des éléments de standing.

Trois mois de voyage au nom de la SDN, ne font qu'accentuer sa fatuité. Dans le train qui le ramène à Genève le 25 août, il n'a que deux idées en tête: satisfaire son appétit sexuel "à la hussarde", appétit bridé depuis trois mois, décrire à Ariane les hôtels de luxe dans lesquels il a logé, les gens importants qu'il a rencontrés, les perspectives de carrière qui en découlent selon lui. Hélas, Ariane se dérobe à lui et lorsqu'il se réveille le 26 au matin et monte lui apporter son thé matinal, sa "chouquette" est partie. Dans les chapitres LXXIX et LXXX, Cohen s'attache à décrire, de manière fort émouvante, le désarroi qui envahit alors Adrien. Le lecteur le suit, qui tourne en rond dans sa maison s'accrochant à des détails anodins et dérisoires comme le bruit d'une chasse d'eau qui fonctionne bien. S'ensuit alors une très jolie description du bonheur simple de la vie conjugale: " Il remâchait les bonheurs perdus. Le morning tea qu'il lui apportait au lit le dimanche. Il entrait avec la tasse tout content (...)Il adorait quand elle le regardait rien qu'avec un œil (...) elle se redressait, prenait la tasse à deux mains, maladroite de sommeil, les cheveux en l'air comme un clown, un clown tellement joli.27 (...) Après le petit déjeuner, elle allumait une cigarette, et toujours la fumée lui piquait les yeux. La jolie grimace qu'elle faisait. Et puis on causait en amis, mari et femme, on parlait de tout.28" Et voilà que le plus ridicule des "babouins" révèle une profonde humanité échappant ainsi au total mépris de l'auteur et du lecteur29. Toute la journée, Adrien navigue entre désespoir total et volonté de continuer à vivre, bravement. Fasciné par l'idée du suicide, il met son pistolet contre sa tempe, pour voir. le coup part30...

Antoinette et Hippolyte Deume forment un couple à l'ancienne mais inversé. C'est madame qui porte la culotte et monsieur qui obéit et craint sa femme.

Antoinette Deume née Leerberge est une petite bourgeoise belge, qui a épousé sur le tard, un rentier suisse Hyppolyte Deume. Elle a adopté son neveu Adrien, avec qui elle vit, elle et son époux, dans une maison genèvoise. Elle soutient l'ambition de son fils. Très dévote, " la bon Dieu avec ses sourires censément bonté mais tout venin, faisant sa supérieure, une rien du tout qu'on savait pas d'où ça venait31 " celle qu'Ariane appelle un "erzatz" de chrétien pense recevoir pendant ses prières des "directions" qui vont toujours dans le sens des conventions petite-bourgeoises. Sa mesquinerie est parfaitement révélée par ce cours de charité chrétienne sur l'usage qu'elle fait de ses caleçons de laine usés: " ... avec la partie supérieure qui est donc encore en parfait état je me fais des culottes courtes pour l'entre-saison printemps et automne, puis je démaille la partie des genoux qui est usée et j'en fais un peloton pour une des pauvres32."

Hippolyte Deume, petit rentier suisse est un bon bougre un peu naïf affublé d'un fort zézaiement et mal à l'aise en société. Houspillé par sa femme qu'il admire cependant, il ne rêve que de plaisirs simples. Il sert celle-ci quand elle reçoit des amis, fait le ménage, prépare les bagages. Le lecteur sent l'affection de l'auteur pour ce personnage33.


Mariette, ancienne domestique de Valérie D'Auble, la tante qui a élevé Ariane, est passée au service de celle-ci et de la famille Deume à la mort de Valérie. Elle n'apparait qu'à partir de la partie quatre du roman dont le début est écrit de son point de vue, dans un style quasi-parlé: " Pauvre Mariette que je suis, je sais plus que faire je fais plus que soupirer même que j'ai plus envie de café36... Elle est très attachée à sa patronne qu'elle rejoint à la Belle de Mai, mais lassée des simagrées de perfection des deux amants elle finit par partir à Paris rejoindre sa sœur.
Agrippa d'Auble est un vieux garçon, oncle d'Ariane. Ce vieux genevois, calviniste ardent, médecin de métier est l'incarnation de la bonté. Bien que médecin de réputation internationale, il choisit de partir en Afriquepour soigner les habitants du Zambèze par amour de son prochain. il a certes hérité de la somptueuse villa de Valérie D'Auble mais il vit simplement car il n'a pas de gros besoins. Sa voiture date de 1912, ses costumes sont rapés. Toujours disponible pour son prochain, il se retrouve à son retour à Genève à s'occuper d'une vieille servante qui voulait retourner à son service. Lorsque sa nièce l'appelle à quatre heures du matin pour parler de sa "chère amie" israélite Solal, il se dépêche de venir à ses côtés précisant que les Juifs sont le peuple de Dieu37. Par contrecoup, l'attitude d'Ariane ne peut apparaitre que superficielle, elle la femme d'un seul homme, et Agrippa, le bienfaiteur de l'humanité.

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. ne pas se laisser impressionner par le nombre de pages, un délice !!!
      pour l'instant beaucoup d'humour,
      bises

      Supprimer
  2. et voilà...abandon après 300 pages...J'y retournerai peut être un jour.Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. désolée oublié de regarder dans la boîte à mails... loupés tous les messages,
      bon, pas grave, livre très chiant !
      bonne soirée
      bises

      Supprimer